Les murs ont la parole

Contexte

Dans le cadre de la réorganisation de la carte sanitaire et de l’offre de soins sur le territoire francilien, l’Agence Régionale de Santé (ARS) a sollicité Egis Conseil pour établir un diagnostic de l’état de l’ensemble de son patrimoine bâti : 400 bâtiments hospitaliers sur 40 sites différents.

Bertile Cholley et Philippe Picard ont piloté cette mission ambitieuse visant à évaluer le potentiel du patrimoine hospitalier francilien.

Nous pourrions présenter les missions que nous effectuons de manière très factuelle. Par exemple, nous avons conduit un diagnostic sur l’état de 400 bâtiments hospitaliers sur 40 différents sites en Ile-de-France en seulement 4 mois pour l’Agence Régionale de Santé (ARS) ; un exploit organisationnel en soi. Cela reviendrait pourtant à réduire considérablement ce qui fait notre métier de consultant et d’expert. Nos missions ne se limitent pas à des performances techniques ou à des études bornées sur un objet sans prise en compte de ses enjeux, de son environnement ainsi que les conséquences possibles de son résultat. Le diagnostic n’est pas un simple état du bâti mais comporte d’importants éléments stratégiques et des retentissements sur le service rendu ainsi que sur les usagers du lieu.

Nous avons pu accompagner une structure publique dans un moment crucial de redéfinition de ses objectifs et des axes d’amélioration de son service en lui offrant une visibilité inédite sur ses bâtiments.Bertile Cholley & Philippe Picard

L’ARS Ile-de-France nous a sollicité pour une prestation de diagnostic du bâti hospitalier dans le cadre de la réorganisation de la carte sanitaire et de l’offre de soins sur le territoire francilien. Du fait de l’évolution des pratiques hospitalières, des manières de soigner, de la prise en compte de la satisfaction des usagers et du vieillissement des structures, il est primordial d’avoir une connaissance précise des bâtiments au niveau urbain (accessibilité, contraintes du terrain), fonctionnel (gestion des flux, aménagements intérieurs, adaptation aux pratiques professionnelles) et technique.

Il est difficile pour un organisme aussi important d’avoir une connaissance précise et une vue détaillée de son patrimoine.
Le patrimoine immobilier détermine en grande partie l’offre de soins médicaux ; il n’est pas qu’un simple « contenant ». Son état, son aménagement et ses fonctions sont parties prenantes de la qualité du service rendu.
Avant tout projet de modernisation, de réaménagement ou d’innovation, il est absolument nécessaire de faire réaliser un diagnostic de l’existant qui servira de base à des réflexions d’optimisation postérieures.Bertile Cholley & Philippe Picard

La représentation de l’existant est un préalable à la préconisation d’actions et de projets ainsi qu’à la définition d’axes prioritaires.
Nous avons fait le choix de mobiliser une équipe resserrée et pluridisciplinaire qui est intervenue sur toutes les étapes de la mission en vue de préserver la cohérence des analyses fournies et la réactivité de notre intervention. Nous avons su nous adapter à la méthode proposée par le client, tout en y apportant des compléments et en développant des outils internes (notamment l’application d’Egis’ scope qui permet de renseigner les données liées au diagnostic instantanément). Ce sont la forte mobilisation des protagonistes, la solidarité interne à l’équipe mais aussi le pilotage et l’organisation presque militaire qui ont permis de répondre à cette mission coup de poing de large ampleur de façon si efficace.

Grâce à une équipe resserrée et pluridisciplinaire, nous avons été en mesure de répondre à une mission d’envergure se déroulant sur un délai assez court pour la satisfaction du client.Bertile Cholley & Philippe Picard

Au-delà de l’organisation, de nos compétences et de l’aspect technique, nous avions la sensation d’être face à une responsabilité importante concernant l’orientation de décisions d’intérêt public des plus sensibles. En effet, nous sommes tous potentiellement usagers de l’hôpital. Il faut alors exiger la meilleure qualité de service tout en ayant conscience de l’obligation de gestion des dépenses et recettes de ces établissements publics. Egis a une forte sensibilité en ce qui concerne l’intérêt collectif et les services publics. C’est pourquoi nous devions endosser une certaine responsabilité quant à cet état des lieux. Nous avions le devoir de vérité car, que ce soit pour la modernisation, le réaménagement, l’extension ou la transformation d’un établissement, nos analyses aboutissent à des choix scellés dans le béton.
Nous prenons ces enjeux très au sérieux car il en va de l’intérêt collectif. Au-delà d’une classification sommaire, le diagnostic que nous avons réalisé a nécessité de rentrer dans le détail afin d’identifier les véritables potentialités d’améliorations ou bien d’avoir un jugement réaliste sur une structure, même s’il devait être lourd de conséquences.

Cette mission a eu un aspect sensible, dans la mesure où elle concernait des enjeux « vitaux ». Nous avons la satisfaction d’avoir agi dans un devoir de responsabilité et de vérité.Bertile Cholley & Philippe Picard

Conscients des conclusions tirées de notre diagnostic et de leur poids sur les décisions concernant l’avenir de certains établissements, nous avons jugé au mieux de leur potentiel. L’ARS est donc désormais en mesure d’avoir une vision globale de tous ses sites sur la région parisienne mais peut en plus les comparer et les analyser sur la base de critères similaires.