La tropicalisation : champ d’innovation

Quels sont les points communs entre :

  • Faire émerger un ressort touristique de 2 500 lits à Tahiti,
  • Résorber l’habitat insalubre dans deux NPNRU à Mayotte,
  • Reprogrammer les 30 opérations d’aménagements du Territoire de la Côte Ouest de la Réunion,
  • Assister la Ville de Cayenne dans l’émergence d’une filière d’auto-construction,
  • Contribuer à la création de la première micro-smart grid tropicale à St Denis de La Réunion ?

Ok facile, tous ces projets sont dans des DOM ou des TOM …
… mais surtout, ils sont tous particulièrement innovants, tant dans leurs processus que leur contenu.

Certains s’intègrent dans un programme de financement visant l’innovation (PIA, Ville Durable et Solidaire) mais la plupart sont novateurs du fait d’un contexte extra-marin qui impose des réponses ambitieuses et créatives.

Il s’agit pour les consultants de « se décaler » pour explorer les recoins de la règlementation nationale et d’inventer des montages complexes, de concevoir des processus de co-production avec les habitants, de créer des gouvernances adaptées à des élus très locaux, d’intégrer des niveaux de risques naturels énormes,… pour produire des solutions urbaines à la fois robustes et frugales.

C’est peut-être parce qu’ils sont « insulaires » que ces territoires atypiques font le pari de l’ingéniosité sociale et de l’intelligence systémique plutôt que de l’innovation technologique.